Musicien, parolier, compositeur, chanteur, interprète,
si vous aimez ce site, faites le connaître !

Si vous vous produisez sur scène, tenez votre agenda à jour,
il sera publié sur https://twitter.com/musicoscope
Recherche
 
Entrée des artistes
Identifiant :
Mot de passe :
oublié ? ...  
 
Agenda
voir quelques dates passées []
Amis
 
ABCDEFGHIJKLM
NOPQRSTUVWXYZ
Alain WITHIER

Alain WITHIER

Chanson française
Digne-les-Bains (04)


190 visites
Dernière connexion le 14 octobre 2020

Alain WITHIER - Interprète de "chanson à texte "

« Alain Withier interprète fidèlement et tout en finesse les chansons d’Allain Leprest accompagné par René Brion qui contribue autant que la voix à décrire l’ambiance et les émotions des superbes textes chantés. »

 

Allain Leprest, disparu le 15 août 2011, était selon sa propre formule « le plus célèbre des chanteurs inconnus ».

Le talent d'un "Rimbaud à voix de clope"
Largement méconnu du public, il était pourtant admiré dans le métier de la chanson.
Ainsi, Nougaro disait de lui « C'est bien simple, je considère Allain Leprest comme un des plus foudroyants auteurs de chansons que j'ai entendus au ciel de la chanson française. ».
Jean d’Ormesson lâcha même sur France Inter :« Allain Leprest, le Rimbaud du XXe siècle ! »

Il est chanté par Greco, Higelin, Enzo Enzo, Gilbert Lafaille, Olivia Ruiz...
Jean Ferrat, Romain Didier, Richard Galliano, entre autres, lui ont composé des musiques...
Grand Prix de l'Académie Charles-Crospour l'ensemble de son œuvre, il a rempli l'Olympia.

Les thèmes souvent imbriqués au cœur de l'œuvre de Leprest : l'enfance, l'amour, la mer, la mort et les gens simples parfois marginalisés.
Il en résulte des textes d'une grande poésie, très personnels et très réalistes.

 

Pour ouvrir ou fermer une rubrique, cliquez sur son titre.

Spectacles

Allain LEPREST chanté par Alain WITHIER


Accompagné au piano par René BRION
(1h15 en chanson)

« Alain Withier interprète fidèlement et tout en finesse les chansons d’Allain Leprest accompagné par René Brion qui contribue autant que la voix à décrire l’ambiance et les émotions des superbes textes chantés. »

Extraits musicaux
Tout ce qu'est dégueulasse porte un joli nom (Allain Leprest /Romain Didier) 
Alain WITHIER chante LEPREST 
10 écoutes
Pauvre Lélian (Allain Leprest/Romain Didier) 
Alain WITHIER chante LEPREST accompagnement Jean-Sébastien BRESSY 
20 écoutes
La gitane (Allain Leprest/Richard Galliano) 
Alain WITHIER chante LEPREST accompagnement René BRION 
13 écoutes
Quand auront fondu les banquises (Allain Leprest/Romain Didier ) 
Alain WITHIER chante LEPREST accompagnement Jean-Sébastien BRESSY 
11 écoutes
Ton cul est rond (Allain Leprest /Léo Nissim et Gille Papieri) 
Alain WITHIER chante LEPREST accompagnement Jean-Sébastien Bressy 
9 écoutes
SDF (Allain Leprest/Romain Didier) 
Alain WITHIER chante LEPREST 
11 écoutes
Elle et lui (Allain Leprest/Gérard Pierron) 
Alain WITHIER chante LEPREST accompagnement piano René BRION 
10 écoutes
La dame du 10ème (Allain Leprest/Yannick Delaunay) 
Alain WITHIER chante LEPREST accompagnement René Brion 
8 écoutes
Le père La Pouille (Allain Leprest/Gérard Pierron) 
Alain WITHIER chante LEPREST 
14 écoutes
Textes
Pour ouvrir ou fermer un texte, cliquez sur son titre.

OÙ VONT LES CHEVAUX QUAND ILS DORMENT ? (Allain Leprest/Romain Didier)

OÙ VONT LES CHEVAUX QUAND ILS DORMENT ?
Allain Leprest / Romain Didier

Où vont les chevaux quand ils dorment
Et dans les nuits de Bilbao
Combien la lune au bout de sa corne
Fait-elle danser de toreros

Est-ce que le soleil est humide
Est-ce que la lumière est un son
Dis-nous maçon des pyramides
Sage-femme des Pharaons
Dis-nous l'homme bête de somme
Où vont les chevaux quand ils dorment

Où vont les chevaux quand ils dorment
Qui a dit le vent est savant
Pourquoi ma chanson je la donne
Pourquoi ta bouche tu la vends

Quelle heure as-tu à ton miroir
Quel âge t'as quand tu souris
Combien de kilos d'herbe noire
Sont arrivés à Miami
Quand le soir nous prête sa gomme
Où vont les chevaux quand ils dorment

Où vont les chevaux quand ils dorment
Un regard de quelle couleur c'est peint
Un nuage ça a quelle forme
Et ton cœur contient combien

Quel coût ça a l'odeur du fric
Quel goût ça a l'odeur de l'eau
Est-ce qu'on peut tout mettre en musique
Celui là-bas ou un salaud
Il fait moins dix degrés à Rome
Où vont les chevaux quand ils dorment

Où finit le cri des baleines
Où recommencera le nôtre
Qui tiendra nos voix en haleine
Et qui paiera comptant les fautes

Quand ils dorment où vont les chevaux
Un cheval c'est insaisissable
La terre ça vaut ce que ça vaut
Sous ses sabots y'a que du sable
Plus d'abonné au téléphone
Où vont les chevaux quand ils dorment
Plus d'abonné au téléphone
Où vont les chevaux quand ils dorment

 


Tout ce qu’est dégueulasse porte un joli nom (Allain Leprest/Romain Didier)

Tout ce qu’est dégueulasse porte un joli nom
Allain Leprest /Romain Didier (1993)
 

Amoco Cadiz, amanite, Sahel

Chrysanthème, canine, morsure, varicelle

Mygale, tarentule, épine, porte-avions

Tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom

 

Fourmilière, aiguille, acide et calice

Le Chemin des Dames, cercueil, cicatrice

Cyclone, ouragan, camisole, typhon

Tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom

 

Guillotine, cirrhose, nuit blanche, les Baumettes

Mirador, Stasi, syphon, baïonnette

Fleury-Mérogis, la rue Lauriston

Tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom

 

Amygdale, pavot, vérole, aspirine

Ecchymose, ortie, sanglot, carabine

Carmélite, javel, cobra, Charenton

Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom

 

Camora, péplum, cyanure, mafioso

Tien-An-Men, amen, rasoir et ciseau

Ostie, Vatican, Jean-Marie, mormon

Tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom

 

Picador, arène, dollar et cédille

Ouragan, menotte, acide, Tchernobyl

Atome et neutron, neurone et citron

Et toi, c'est quoi ton p'tit nom ?

 


La gitane (Allain Leprest/Richard Galliano)

LA GITANE

Allain Leprest / Richard Galliano (1992)


Je la voyais danser, danser

La gitane sur le paquet

Des cigarettes de papa

Elle avait une robe en papier

Les yeux bleus comme la fumée

Et la peau couleur de tabac

 

Eh, señorita SEITA

Ce soir je vais craquer pour toi

L'accordéon de mes poumons

Pour cette fine silhouette

Et ses castagnettes muettes

Dans la nuit noire du goudron

 

Viens me donner à la tétine

Ces paroles de nicotine

Qui mettent ma gorge au supplice

Quand cent mille bouches te baisent

Du bout filtre jusqu'à la braise

Dans un champ de papier maïs

 

Descend jusqu'au fond du mégot

Chanter du rocko-flamenco

En grattant mes cordes vocales

Danser les pieds nus dans la cendre

Allumer ma bouche et entendre

Battre mon cœur de caporal

 

O belle brune qui se fume

Dans ce siècle où tout se consume

Entre nos doigts jaunes et se jette

Et toi qui portera mon deuil

Demain couché dans le cercueil

De mon étui de cigarettes

 

O toi qui portera mon deuil

Demain couché dans le cercueil

De mon étui de cigarettes

 


Pauvre Lélian (Allain Leprest/Romain Didier)

Pauvre Lélian (2008)
Allain Leprest/ Romain Didier
 

Il pleut, Paris fait sa Brussel
C'est la nuit, tous les chats sont troubles
Y a pas assez d'étoiles dans l' ciel
Pour ça, tu veux les boire en double
Tu titubes, vêtu faut voir comme !
Comme un as de pique, rue Descartes
Un nuage au parfum d'opium
S'effiloche dans ton écharpe
Monsieur Verlaine, un dernier blanc !

Pauvre Lelian

Plus de Verlaine, du vers cassé
À balayer côté impair
Un train à bestiaux est passé
Jeune homme déjà si grand-père
Sonné au sommet de son art
Paraît qu'on lance une battue
Au cul des derniers communards
Le train à bestiaux s'est perdu
En meuglant dans le soir sanglant

Pauvre Lelian

Verlaine aux abonnés absents
Chez lui, si l' bonheur vient frapper
Le concierge avé son accent
Dira "L' poète s'est absinthé"
Partir tousser jusqu'à la Butte
Voir un maquereau un peu bohème
Et qui sait lire et prête sa pute
Contre un lamentable poème
Garnement aux cheveux si blancs

Pauvre Lelian

Pour aujourd'hui, oh, des broutilles
Juste un baston dans les faubourgs
Un critique de pacotille
Y a des nuits où c'est pas ton jour
Demain, bah, demain y faudra
Se serrer la petite ceinture
Chez Margot, on dînera d'un rat
Tout le reste c'est garniture
Y a des jours c'en est humiliant

Pauvre Lelian

Paris, il pleut des harengs saurs
C'est toi ou le trottoir qui boite ?
Quel est cet empaffé qui tord
La rue qui paraissait si droite ?
Choisir "pas choisir" c'est un choix
C'est ainsi, se foutre à la porte
De soi-même, mourir de soi
Nom de Dieu ! Être en quelque sorte
Son premier et dernier client

Bon vent Lelian !

 


Quand auront fondu les banquises

Quand auront fondu les banquises
Allain Leprest/Romain Didier 2008

Dans longtemps mais on sait plus trop
Plus trop ce que veut dire longtemps
C'est sûr, les bouches du métro
Vont en boire pour leur content
L'hippodrome, l'île de la Cité
Rouen, Ivry, Le Mont-Saint-Aignan
Verront paître des cétacés
Et monter des swings d'océan
Nous, on trinquera dans l'Univers
Des étoiles givrées en guise
Du jus de glaçons, plein nos verres
Quand auront fondu les banquises

Quand auront fondu les banquises
On verra le dernier pingouin
En queue-de-pie sur les Marquises
Danser sur la tombe à Gauguin
On se rappellera d'hier
De brise-glace et d'Atalante
Quand le feu plantera sa cuillère
Au milieu des îles flottantes
Quelques rêveurs diront encore
"C'est une ruse, elle se déguise
Pour souffler, la Terre fait le mort"
Quand auront fondu les banquises

Alors, la colombe de Braque
Aura chuté de la falaise
Ce jour, entassés sur nos barques
On vivra debout sur nos chaises
L'horizon, loin de l'horizon
Les étoiles seront noyées
Patiner s'ra plus de saison
Dans cette arche humain de Noé
Un million d'étés saluera
La dernière plage conquise
Avec des flammes plein les bras
Quand auront fondu les banquises

Dans longtemps mais on sait plus trop
Plus trop ce que veut dire longtemps
Plus de verglas dans l'apéro
Plus d'apéro au Vatican
Fini, la neige et le grêlon
D'autres galaxies les emportent
Vivre nous quitte à reculons
Glissant ses icebergs sous nos portes
Dans mille ans, peut-être plus d'heures
Fini, les couteaux qu'on aiguise
Pour l'assiette du prédateur
Quand auront fondu les banquises

 


Ton cul est rond (Allain Leprest /Léo Nissim et Gille Papieri)

Ton cul est rond
Allain Leprest /Léo Nissim et Gille Papieri

Ton cul est rond comme une horloge
Et quand ma fatigue s'y loge
J'enfile le temps à rebours
Je mate l'heure sous ta jupe
Il est midi moins deux minutes
Et je suis encore à la bourre

Promis demain j'arriv'rai pile
Pour faufiler ma grande aiguille
Sous le cadran de ton bidule
On s'enverra jusqu'au clocher
Et mon cœur comme un balancier
Ondulera sous ta pendule

Dis-moi au chrono de tes reins
Quand passera le prochain train
Combien coûtera le trajet
J'ai tant couru contre ta montre
Voici qu'à l'heure de la rencontre
Je me sens des doigts d'horloger

Time is money et puis ta sœur
Si on t'avait demandé l'heure
On saurait qu'le temps c'est d'l'amour
Ton cul est rond comme une horloge
Et quand ma fatigue s'y loge
J'enfile le temps à rebours

Ton cul est rond comme une horloge
Et quand ma fatigue s'y loge
J'enfile le temps à rebours
Je mate l'heure sous ta jupe
Il est midi moins deux minutes
Et je suis encore à la bourre

 


SDF (Allain Leprest/Romain Didier)

SDF
(Allain Leprest/Romain Didier 1988)

J'aim'rais qu'çà cesse
De s'dégrader
Sans un bénef
S.D.F.

Ce qui me blesse
C'est d'être soldé
Pour pas bézef
S.D.F.

J'ai pas d'adresse
Rien à garder
J'ai pas l'téléph
S.D.F.

Rien dans la caisse
Rien à fonder
J'ai pas d'sous-chef
S.D.F.

On me rabaisse
On veut m'céder
En bas-relief
S.D.F.

La politesse
Rien à glander
J'dis ça en bref
S.D.F.

M'am' la Comtesse
Ne m'en gardez
Aucun grief
S.D.F.

J'ai trop d'paresse
Pour musarder
Dans votre fief
S.D.F.

Chacun sa messe
Et ses idées
Chacun sa nef
S.D.F.

C'est ainsi qu'naissent
Des Jésus, des
Marie-Joseph
S.D.F.

Pour qu'on s'redresse
C'est l'verbe aider
Qu'il faut qu'on s'greff
S.D.F.

Allez, j'vous laisse
J'vais jouer aux dés
Chez l'père Youssef
S.D.F.


Allez, j'vous laisse
J'vais jouer aux dés
Chez l'père Youssef
S.D.F.

 


Elle et lui (Allain Leprest/Gérard Pierron)

ELLE ET LUI
(Allain Leprest/Gérard Pierron)

 

Eux, ils font tout pour se déplaire
Ils sont carrément leur contraire
De la verticale jusqu'au lit
Elle et lui

Elle et lui, c'est chacun sa chambre
Ils sont pas trop faits pour s'entendre
C'est un peu le jour et la nuit
Elle et lui

Quand il s'ennuie, elle se désole
Il est plutôt genre parasol
Elle, elle adore les parapluies
Elle et lui

Eux, ils font rien pour se comprendre
Moins il est dur, plus elle est tendre
Il est fromage, elle aime les fruits
Elle et lui

Mais dès qu'ils sont plus côte à côte
L'un sans l'autre
Il manque un morceau à chacun
L'autre sans l'un

Ils font rien pour être d'accord
Elle est plein sud, il est plein nord
Leur boussole est pleine d'étincelles
Lui et elle

Leur cœur a jamais la même heure
Elle est tout crème, il est tout beurre
Il dit le poivre, elle dit le sel
Lui et elle

C'est une moitié d'cœur qu'on leur ôte
L'un sans l'autre
Et la demie de leurs deux mains
L'autre sans l'un

Griffes dessous, griffes dessus
Ils passent souvent dans la rue
On rigole quand on les voit
Toi et moi
Peut-être que l'amour c'est eux
Peut-être on est trop amoureux
Ça s' rait bien qu'on s'engueule des fois
Toi et moi

C'est un bout de cœur qu'on nous ôte
L'un sans l'autre
Et la demie de nos deux mains
L'autre sans l'un

Nous, dès qu'on n'est plus côte à côte
L'un sans l'autre
Il manque un morceau de chacun
C'est le tien !

 


Le café littéraire (Allain Leprest/Romain Didier)

Le café littéraire
Allain Leprest / Romain Didier (1988)

Mon café littéraire
C'est devant le cimetière
Et le libraire du coin
Vaut mieux aller en face
Chercher la dédicace
D'un académicien

Son premier manuscrit
Fut à la bombe écrit
Contre sa devanture.
Au café littéraire
On a déjà les verres
Apportez l'écriture

On s'est pointé à vingt
En habits d'écrivains
On s'est assis en chœur
Un roman ébauché
Visiblement caché
Sous un verre de liqueur

Depuis quand on y cause
On sait que c'est en prose
C'est quand même plus chouette
On commande son litre
Comme on choisit un titre
Dans sa bibliothèque.

Au café littéraire
On s'y prend déjà l'air
D'être au Petit Larousse
On pause en attendant
Le jour où nos vingt ans
Seront cotés en bourse.

On porte des écharpes
On écrit sur les nappes
On brise des pianos
On crie "le bar à boire"
On payera plus tard
En coupures de journaux

Au café littéraire
Y a guère que la taulière
Qu'aime pas la lecture
Mais les lignes des paumes
Elle t'en lirait vingt tomes
Au travers des ratures

Quand le bateau est ivre
Qu'on a bu tous les livres
On repart en carafe
Comme on paye cul-sec
On déduit sur le chèque
Le prix de l'autographe

"Chauffeur à l'horizon"
On s'affale du long
Sur nos chariots à voile
Le vent vient allumer
Le bout d'un cache-nez
Au briquet des étoiles

Au matin pêle-mêle
Froissés dans les poubelles
Des hommes emporteront
Des chefs-d’œuvre en friche
Sur du papier sandwich
Et des nappes en crépon

Mon café littéraire
Suivez l'itinéraire
C'est sous le dernier porche
Juste après la virgule
Ce troquet qui recule
A mesure qu'on s'approche

Où l'arbre sur le seuil
Sème comme un recueil
Ses feuilles de brouillon
Et où ses branches peignent
En ombre sur l'enseigne
Le chapeau de Villon.

 

Photos

Alain WITHIER chante LEPREST à RUSTREL

Vidéos

Arrose les fleurs (Allain Leprest) par Alain Withier accompagné par René BRION

Il pleut sur la mer (Allaiin Leprest/Etienne Goupil) par Alain Withier accompagné par René BRION

Le café littéraire (Allain Leprest/Romain Didier) par Alain Withier accompagné par Jean-Sébastien Bressy

OÙ VONT LES CHEVAUX QUAND ILS DORMENT ? par Alain WITHIER accompagné par Jean-Sébastien BRESSY

Revue de presse

Concert à RUSTREL - Alain WITHIER chante LEPREST - accompagné au piano par René BRION

 

Commentaires/livre d'or

Merci Alain pour nous faire revivre avec talent les chansons d'Allain Leprest, Allain avec ses deux LL (ailes) s'est envolé bien trop haut et bien trop loin, voyage sans retour, il nous manque beaucoup, continue à nous Leprestiser BISES JPLaurant

- 14 octobre 2020 - 10:14

Mentions légales - Contact webmestre - Copyright musicoscope - 2010-2020