Musicien, parolier, compositeur, chanteur, interprète,
si vous aimez ce site, faites le connaître !

Si vous vous produisez sur scène, tenez votre agenda à jour,
il sera publié sur https://twitter.com/musicoscope
Recherche
 
Entrée des artistes
Identifiant :
Mot de passe :
oublié ? ...  
 
Agenda
voir quelques dates passées []
L'ARGENTIÈRE LA B. (05)
Foyer culturel
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare
2 sept.
20:30
MONTPELLIER (34)
Soirée privée
AIGUES-VIVES (30)
Médiathèque
Kamishibaï poétique
PAYZAC (07)
Spectacle à domicile
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare et Jean-Pierre Barreda à la contrebasse.
ROQUETTES (31)
Espace Jean Ferrat
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon
LE VIGAN (46)
Espace Jean Carmet
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon
CAUBEYRES (47)
Spectacle à domicile
"BLEU NUIT" avec Thomas Fontvieille à la guitare
PUYCASQUIER (32)
La Petite Porte
"BLEU NUIT" avec Thomas Fontvieille à la guitare
LE CRES (34)
L'Agora
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare et Jean-Pierre Barreda à la contrebasse
SAILLANS (26)
Le Louis XI
"BLEU NUIT" Avec Thomas Fontvieille à la guitare
LE VIGAN (30)
La chanson qui dérange
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon
NOGENT (52)
Centre culturel Robert Henry
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon
VITTEL (88)
L'Alhambra
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon
FONTANIL Cornillon (38)
L'Atrium
"BLEU NUIT" avec Thomas Fontvieille à la guitare
PERTUIS (84)
Théâtre
"DE CRISTAL ET DE FEU". Spectacle Barbara. Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon
Marie d'Épizon

Marie d'Épizon

Chanson française
Montpellier
www.mariedepizon.com

30523 visites
Dernière connexion le 28 juin 2017

   Photo : Philippe Dutilleul

 

 

 

 

 
  Le nouvel album " Bleu nuit " est paru

(août 2016)
 

 

 

 

   " Marie d’Épizon brosse des chansons-tableaux qui magnifient sa voix douce autant que franche, claire. Les idées ici se nichent avec politesse dans la couture des vers qui sont comme petit lait d’une vaste voie lactée. C’est chanson littéraire que la sienne, exigeante, coulée dans d’onctueuses mélodies… Quand je dis littéraire, je ne dis pas académique pour autant. Rien de ce qu’elle chante n’est passé de mode, d’usage, de nécessité. Elle est un peu de cet air du temps, qui aime encore et toujours la poésie des mots et ne cède rien à la facilité. "

 

Michel Kemper Nos enchanteurs

 

* * * * *

 

 

   " L’écoute de ses chansons procure immédiatement un grand plaisir tant par la fluidité textuelle que musicale, et toujours au service de sentiments nobles ou d’idées humanistes. C’est une belle voix et une belle personne… Son disque "Bleu nuit" est une petite merveille, il s’écoute et se réécoute sans modération. "
 

François Bellart Radio PFM

 

* * * * *

 

 

   " Avec ce nouvel album Marie d’Épizon perpétue un style dont la richesse supporte la comparaison avec les plus grands auteurs francophones. L’album "Bleu Nuit" traduit la sensibilité d’une musicienne qui dénonce les maux de la société par une poésie délicate et sensuelle.(...) Ce cd ne peut que ravir les amateurs de poésie et les amoureux de la langue française. "
 

Patrick Quercy – Le Journal de la Haute-Marne 

 

 

* * * * *

 

   " Le bleu nuit c’est la paix qui doute un peu. Il est propice à la poésie, aux confidences, aux méditations et aux introspections. La nuit prête conseils et le bleu les pare de paix et d'accents confidentiels.(...) Dans leur collaboration d’écriture, Marie d’Epizon et Claude Kintzler ne font pas de la nuit une absence de lumière et de conscience. Dans l’ambiance bleutée, au contraire, surgissent couleurs, lueurs et réflexions. Les chansons bleues nuit signées Claude et Marie nous promènent tranquillement dans les allées du charme et de l’harmonie, d’une certaine mélancolie bercée de rythmes tropicaux, de valses tranquilles qui percent le silence de la nuit. Marie porte de sa voix limpide la révolte explicite mais sans colère, contre les maux d’aujourd’hui. Trois chansons  signées, pour les textes, de Bernard Joyet, Jean-Michel Piton  et Joseph Moalic viennent compléter le CD et confirmer l’adhésion à une certaine catégorie de chanson, celle de l’intelligence, de la poésie et de l’engagement. " 


Michel Puech Montpellier Info 

 

 

 

 

Pour écouter quelques extraits,
cliquez sur l'onglet "Extraits musicaux" un peu plus bas dans la page.

 

 

 

Vidéo : "Les couleurs de Collioure"

 

Pour le commander

 

 

 

* * * * *

 

 

EXTRAITS DE PRESSE


 

 

   " Marie d’Epizon est comme dentellière de la chanson, voix douce et fluide, presque aérienne, une douceur ventée de superbes mélodies et des textes délicatement brodés, ourlés. C’est séduction, rare enchantement... "

Michel Kemper - Nos Enchanteurs

 

  

   " Des chansons écrites avec une plume trempée dans la littérature, des lignes mélodiques tracées au cordeau. Marie d’Épizon n'a plus qu'à prêter sa voix et ce n'est pas la moindre des réussites : gracile, facile, énonciatrice de sens poétique et noueuse de rêveries... Marie d’Épizon polit l’art de la chanson comme la vague les galets sur la plage. À découvrir pour sa sérénité lumineuse..."


Claude Frigara - Radio Clapas


 

 

                                                                                                                                                                                                     
  " Marie d'Epizon a captivé par des interprétations d'une touchante sobriété empreinte de beaucoup d'émotion. La sincérité et la grâce avec lesquelles elle sert et habite des textes bien choisis ainsi que la complicité palpable qu'elle entretient avec ses musiciens, forcent l'adhésion d'un auditoire sous le charme et redonnent au rôle de l'interprète ses lettres de noblesse... "


Le Midi Libre

 


 

 

  " Tour à tour tendre, coquine, émouvante, théâtrale, elle a envoûté son public de sa voix qui monte, se cabre, susurre... " 
 

L' Est Républicain


 

 

 

 

* * * * *
 

 

 

La chanson française intimiste est son répertoire de prédilection.
Elle y déploie une sensibilité tout en finesse, à fleur de peau, empreinte de délicatesse et de retenue. Quand elle ne chante pas son propre répertoire elle reprend les grands classiques, Barbara,
Brassens et les auteurs contemporains, Allain Leprest, Anne Sylvestre, Jean-Michel Piton, Michèle Bernard, Rémo Gary, Bernard Joyet...

 

 

 

* * * * *

 

 

Contact : Marie d'Épizon - 06 10 08 44 31
marie@mariedepizon.com

 

 


* * * * *


 

 

Spectacles programmés : Festival Bernard Dimey, Théâtre Tousky à Marseille, Festival Léo Ferré de Gourdon, Festival Georjacléo, Les Vivats de Viricelles, Théâtre Kursaal à Besançon, Théâtre du Trocadéro à Liège (Belgique), La Grange d'Entrebrault, Festival Voix et Guitare, Espace Georges Brassens à Sète, Festival de Charavines, Le Creuset des Arts à Marseille, L'Équitable Concert, Comme à la Maison à Pellegrue, La Rentrée en Musique au château du Grand Jardin à Joinville, Festival de Pirey, Festival de Berlin-Basdorf (Allemagne), Festival Chansons Buissonnières, Festival Femme Plurielle, Auditorium de l'Escale au Creusot, Francophonie à Lausanne (Suisse), Théâtre de l'Archipel à Paris, Les Nuits du Prieuré, Festival de Vaison la Romaine, La Ferme-Théâtre à Lablachère,  L'Entre'Acte à Nuits, L'Atrium à Fontanil Cornillon, Centres Culturels divers, La ferme de la Madelonne à Gouvy (Belgique), Chansons à domicile, Festival de l'Argentière la Bessée, Les Musicales du Castellas, Café de la Rue à Bruxelles (Belgique), Le Cheval d'Or à Pézenas, Festival de Saint-Gély du Fesc, Festival Jean Ferrat à Sorgues, Demeures en Scène à Pouchères, Le XXII à Paris, Théâtre Kursaal à Manresa (Espagne)...

 

 

 

Pour ouvrir ou fermer une rubrique, cliquez sur son titre.

Extraits musicaux
Les plateaux de la balance 
Claude Kintzler / Marie d'Epizon  
196 écoutes
Les ailes de papier 
Marie d'Épizon 
191 écoutes
Les couleurs de Collioure 
C.Kintzler - M.d'Epizon / M.d'Epizon - C.Kintzler 
169 écoutes
Les fleurs d'automne (Bleu nuit) 
Claude Kintzler / Marie d'Épizon 
202 écoutes
Les Don Quichotte 
C.Kintzler / M.d'Epizon - C.Kintzler 
660 écoutes
Le marchand de sable 
M.d'Epizon - C.Kintzler / M.d'Epizon - C.Kintzler 
653 écoutes
Les desseins des pensées 
Claude Kintzler 
530 écoutes
Ode érotico-mystique 
C.Kintzler / M.d'Epizon - C.Kintzler 
623 écoutes
Textes
Pour ouvrir ou fermer un texte, cliquez sur son titre.

La sirène de Lampedusa

 

 

Partis des rives de Carthage
Enfuis d'Erythrée, d'Ethiopie
Ils naviguent vers l'utopie
À la poursuite d'un mirage

Naufragés de l'histoire d’en face
Une étincelle au fond du cœur
Ils partent à la chasse au bonheur
Entassés dans une barcasse

 

 

Au large de Lampedusa
Parmi les loups et les murènes
On entend chanter la sirène
Du prince de Lampedusa

 

 

Avec le sable entre les dents
Une larme pour tout bagage
Ils se lancent à l’abordage
Des rêves d’or et d’occident

A l'assaut de ces lendemains
Dont ils espèrent bien qu’ils chantent
Ou qu’ils adoucissent la pente
Aride et crue de leur chagrin


 

Au large de Lampedusa
Parmi les loups et les murènes
On entend chanter la sirène
Du prince de Lampedusa


 

À la surface des eaux noires
Dans une longue nuit de veille
La lune pour unique soleil
Diffuse ses lames d’espoir

Sur les hautes vagues qui grondent
L’esquif en mer tente sa chance
Vers une image de la France
Et la lumière d’un nouveau monde

 

 

Mais pauvres poupées de chiffon
Ces tristes compagnons d’Ulysse
Subissent leur dernier supplice
Dans les abysses, les grands fonds

Les rescapés de la carène
Qui s'est brisée sur les récifs
N’en sont pas moins dévorés vifs
Par d’autres loups d’autres murènes

Car la rumeur en tout honneur
Entonne et sonne l’hallali
Et leur fait boire jusqu’à la lie
Le calice de leur couleur

 

 

Au large de Lampedusa
Bien loin des murs et de la haine
On entend pleurer la sirène
Du prince de Lampedusa

Bien loin des murs et de la haine
On entend pleurer la sirène
Du prince de Lampedusa

 

 

 

 © Claude Kintzler et Marie d'Épizon


Les ailes de papier

 

 

Quand la ville s'endort
Au dessus des toits gris
Que le ciel poudré d'or
Etouffe tous les cris
Et quand la voie lactée
Se voile de soie mauve
Que les voix sont feutrées
Comme au fond des alcôves
J'entends, j'entends
 
J’entends le chant du soir
Qui raconte une histoire    
Au fond d’un lit douillet      
Et le chant des esprits       
Sur les eaux endormies     
D’un étang oublié            
 
Le chant des bohémiens 
A l’accent italien        
D’un Verdi qui rigole   
Celui des gondoliers   
Au charme singulier   
Venise barcarolle  
 
J’entends le chant de l’eau
D’un cheval au galop          
D’un courlis, d’une abeille   
Et le chant palpitant
Qui sacre le printemps      
Et dessine un soleil
 
J’entends le chant profane
Dans la nuit océane
Des cœurs à l’unisson
Et celui des sirènes
Qui courent la prétentaine
Et nous filent le frisson
 
J’entends le chant du vent 
Son archet triomphant      
D’un vieux volet qui claque 
Et le chant de la mer   
Qui caresse la terre   
Pour y vider son sac
 
Le chant pur des enfants    
Qui s’envole en riant           
Des cartables repus         
Celui de nos grands-mères  
Qui nous soignait l’hiver        
Et qu’on entendra plus
 
Quand la ville s'endort
Au dessus des toits gris
Que le ciel poudré d'or
Etouffe tous les cris
Et quand la voie lactée
Se voile de soie mauve
Que les voix sont feutrées
Comme au fond des alcôves
J'entends, j'entends
 
J'entends le flamenco    
Le vin qui coule à flots    
Dans Séville qui chavire 
Et le chant des guitares   
Du Real Alcazar
Et du Guadalquivir
 
Le chant bleu des baleines
Divines châtelaines      
D’un royaume perdu
Et celui du pinson
Qui s’accorde au violon
Du musicien des rues
 
J’entends le chant choral
De l'été qui déballe          
Calices et corolles         
Et le chant de la vie          
Qui grignote à l’envi          
L’aiguille de ma boussole
 
Le chant de la marelle
De la terre et du ciel
Du caillou sous nos pieds
Celui de la colère
Qui creuse son cratère
Sous les pavés souillés
 
J’entends dans le silence 
La lune qui se balance     
Du haut de sa nacelle  
Et le chant de l’aurore     
Qui plante le décor
De ses doigts d’aquarelle

J’entends le chant du jour
Qui habille de velours      
Nos ailes de papier      
Et quant au chant du cygne 
Je l’ai mis en consigne      
Au fond du sablier  
 

 

 © Marie d'Épizon


La Lune

 

 

Elle est couleur de pierre de lune
Couleur de cendre au firmament
Comme l’antiqu’ pièce d’argent
Que m’avait donnée ma maman
La lune
Dans le ciel noir nimbée de brume
Auréolée de ses mystères
Silence criblé de cratères
On dit qu’elle est fille de la terre
La lune
Elle est si souvent dans la lune
Elle est perdue dans ses pensées
Ses rêv’ nébuleux insensés
De paradis de panacée
La lune
 

 

On la consulte on la devine
On interroge ses caprices
Tel au Parnasse un aruspice
Pour y lire une heure propice
Divine
De jour en jour elle se remplume
Croissante gibbeuse et puis ronde
J’entends le loup garou qui gronde
Quand elle accouch’ d’un nouveau monde
La lune
Parfois de blonde elle se fait rousse
Aux saints de glace printaniers
Elle fich’ la frousse au jardinier
Aux fleurs de pommes et de pruniers
Qui  poussent


 

C’est la compagne d’infortune
De tous les amours clandestins
Colombines et Arlequins
Qui rêvaient d’un autre destin
La lune
Elle est légère comme une plume
Quand elle se lève à l’horizon
Par les barreaux de la prison
Les yeux fermés qui tournen’ en rond
S’allument
C’est le refuge c’est le repaire
De tous les paumés les zéros
Tous les plumés tous les Pierrot
Qu’ont pas tiré l’bon numéro
Sur terre

 


Elle est couleur de pierre de lune
Couleur de cendre au firmament
Comme l’antiqu’ pièce d’argent
Que m’avait donnée ma maman
La lune
Dans le ciel noir nimbée de brume
Auréolée de ses mystères
Silence criblé de cratères
On dit qu’elle est fille de la terre
La lune

 

 

 

 

 © Claude Kintzler


Les desseins des pensées

 

Y’a des pensées pinceaux
Qui volent dans l’atmosphère
Un nuage d’étourneaux
Un essaim d’éphémères

Y’a des pensées pinceaux
Qui tachent mon silence
J’en ai vendu la peau
Un peu trop à l’avance

Y’a des pensées pinceaux
Aux reflets mordorés
Qui barbouillent de faux
Le possible et le vrai

 


Y’a des pensées pinceaux
Qui rehaussent le passé
Le font toujours plus beau
A tant le ressasser

Y’a des pensées pinceaux
Qui tirent sur le noir
Et forcent le tableau
De notre désespoir

Y’a des pensées pinceaux
Qui dessinent des fleurs
Font couler des ruisseaux
Sur une joue en pleurs

 

 

Y’a des pensées pinceaux
Pince-mi pince-moi
Qui jouent dans un bateau
Mais c’est moi qui me noie

Y’a des pensées pinceaux
Qui soulignent nos fautes
Qui lisent entre les mots
Entre les fausses notes

Y’a des pensées pinceaux
Qui lavent nos rancoeurs
Sous les couleurs à l’eau
Plus de mal que de peur


 

   Y’a des pensées pinceaux
   Dont parfois se maquillent
   La face et le verso
   De nos humeurs de filles

   Y’a des pensées pinceaux
   Qui gravent dans nos cœurs
   Des oves et des rinceaux
   Et puis des rais de cœur

   Y’a des pensées pinceaux
   Qui viennent à dessein
   Cachées sous le boisseau
   Nous caresser les seins


 

             Y’a des pensées pinceaux
             Qui volent dans l’atmosphère
             Un nuage d’étourneaux
             Un essaim d’éphémères

             Y’a des pensées pinceaux
             C’est pas des Michel Ange
             Qui jouent les Picasso
             Pourvu que ça dérange

             Y’a des pensées pinceaux
             Des portraits-paysages
             Du bon douanier Rousseau
             Pour tous les enfants sages

 

             Et une pensée pinceau
             Qui fait la fermeture
             Qui efface des cerveaux
             Le passé le futur

 

 

 © Claude Kintzler


Le marchand de sable

 

 

Le nez d’un hérisson sur le coteau d’Vélaire
Des salamandres jaunes qui glissent dans l’eau claire
À l’étang d’Épizon en fin d’après-midi
Se promènent des faunes en tenue de sabbat

Les p’tits bonheurs d’hier s’éloignent pas à pas
Mais reviennent en vers se frotter à mon huis
Et reviennent en vers et tout contre mes nuits

 

C’est le marchand de sable qui entre dans la danse
Une gousse d’impatience éclate sous mes doigts
La résurgence bleue du fleuve de l’enfance

Une réminiscence, un souvenir de toi

 

Les réveils éblouis par les persiennes blanches
Imaginent déjà les arbres et le silence
Une petite marguerite au temps des perce-neige
Fleurit dessous nos pas dans le tapis de neige

Alors on court si vite et on secoue les branches
Et puis on prie les cieux qu’il neige d’abondance
Et puis on boit des yeux les flocons d’innocence

 

C’est le marchand de sable qui entre dans la danse
Une gousse d’impatience éclate sous mes doigts 
La résurgence bleue du fleuve de l’enfance
Une réminiscence, un souvenir de toi

 

Les cloches du dimanche et leurs jeux interdits
La jolie robe blanche que je tache de rouge
Au printemps des cerises Ô que plus rien ne bouge
Et qu’on me sonne encore les cloches de midi

Mes fauves mes famines Ô mes petits bonheurs
Qui reviennent en vers se frotter à mon huis
Qui reviennent en vers et tout contre mes nuits

 

C’est le marchand de sable qui entre dans la danse
Une gousse d’impatience éclate sous mes doigts
La résurgence bleue du fleuve de l’enfance
Une réminiscence, un souvenir de toi

 

C’est la vie qui vacille lorsque dansent dans l’air
Les p’tits bonheurs divers aux goûts inattendus
Les pt’its bonheurs d’hier, au pt’it bonheur perdus
Les pt’its bonheurs d’hier, au pt’it bonheur perdus

 

 

 © Marie d'Épizon et Claude Kintzler

Vidéos

Les couleurs de Collioure. Album Bleu nuit

Extraits du spectacle " En souvenir de vous..." - Brassens et les femmes - Avec Thomas Fontvieille (guitare) et Xavier Cortazar (contrebasse et accordina)

Extraits du spectacle "De cristal et de feu" - Chansons de Barbara - Avec Thomas Fontvieille à la guitare, Jean-Pierre Barreda à la contrebasse et Jo Labita à l'accordéon

Une petite cantate (Barbara). Avec Jean-Sébastien Bressy au piano

Revue de presse

 

 

" BLEU NUIT "
Festival Bernard Dimey 
mai 2017



Sa voix s’est posée tel un flocon de finesse et d’élégance. Une empreinte d’une grande pureté. La grâce était au rendez-vous pour ce tour de chant d’une remarquable précision. Remarquable par le timbre de cette voix.  Remarquable aussi ses incartades dans le répertoire de Barbara qu’elle porte au pinacle et reviendra chanter à Nogent en fin d’année. Remarquable enfin l’accompagnement très latino de ses deux musiciens, Thomas Fontvieille (guitare) et Jean-Pierre Barreda (contrebasse), notamment sur un répertoire plus personnel qui donnait à entendre de larges extraits de son dernier album (“La sirène de Lampedusa”, “Les couleurs de Collioure”).
Lauréate du tremplin du Festival Dimey en 2006, Marie d’Epizon a fait passer un frisson divin avec “Le marchand de sable” qui l’avait couronnée alors. Et même si cette édition 2017 porte la voix des femmes, la présence masculine est toujours sous-jacente. Dimey a été chanté pour le coup, renouant avec l’esprit originel du Festival dans une reprise de “J’aimerais tant savoir” version Jehan. Un début de nuit d’une grande clarté.

 

Anicet Seurre - Le journal de la Haute Marne

 

 

 

 

" BLEU NUIT "
Le printemps des poètes
  Lavérune (34) le 12 mars 2017

 

 

Marie d'Epizon, magnifiquement accompagnée par Jean-Pierre Bareda à la contrebasse et Thomas Fontvieille à la guitare, est revenue à la faveur du Printemps des poètes pour partager avec le public un moment de grâce et de poésie. Nous connaissions ses talents d'interprète sensible et nous avons pu découvrir les textes et musiques composés pour la plupart  à 4 mains avec Claude Kintzler. « Bleu nuit », leur dernier album nous a été présenté dans son intégralité lors de ce concert.
Quel bonheur à l'écoute de ces chansons poétiques où texte et musique s'accordent si bien pour dire la quintessence des choses, la suavité et la gravité de la vie, la joie et la douleur de destins singuliers et universels. A ces compositions personnelles, elle ajoute l'interprétation de grands noms de la chanson française, Michèle Bernard, Alain Leprest, Bernard Dimey, Brassens, Barbara, Bernard Joyet... qu'elle sert avec justesse et sensibilité.

 

C'est un public ému qui est sorti de ce concert, conscient d'avoir partagé ces moments qui laissent en nous des traces de lumière.

 

 


 

 

 

Chronique du cd
" BLEU NUIT "

 


 

L’écoute de ses chansons procure immédiatement un grand plaisir tant par la fluidité textuelle que musicale, et toujours au service de sentiments nobles ou d’idées humanistes. C’est une belle voix et une belle personne… Son disque "Bleu nuit" est une petite merveille, il s’écoute et se réécoute sans modération.

 

François Bellart - Radio PFM - Arras
 
 
 

Le bleu nuit c’est la paix qui doute un peu. Il est propice à la poésie, aux confidences, aux méditations et aux introspections. La nuit prête conseils et le bleu les pare de paix et d'accents confidentiels. Dans leur collaboration d’écriture, Marie d’Epizon et Claude Kintzler ne font pas de la nuit une absence de lumière et de conscience. Dans l’ambiance bleutée, au contraire, surgissent couleurs, lueurs et réflexions. Les chansons bleues nuit signées Claude et Marie nous promènent tranquillement dans les allées du charme et de l’harmonie, d’une certaine mélancolie bercée de rythmes tropicaux, de valses tranquilles qui percent le silence de la nuit. Marie porte de sa voix limpide la révolte explicite mais sans colère, contre les maux d’aujourd’hui. Trois chansons  signées, pour les textes, de Bernard Joyet, Jean-Michel Piton  et Joseph Moalic viennent compléter le CD et confirmer l’adhésion à une certaine catégorie de chanson, celle de l’intelligence, de la poésie et de l’engagement. 


Michel Puech - Montpellier Info 

 

 

 

Avec ce nouvel album Marie d’Épizon perpétue un style dont la richesse supporte la comparaison avec les plus grands auteurs francophones. L’album "Bleu Nuit" traduit la sensibilité d’une musicienne qui dénonce les maux de la société par une poésie délicate et sensuelle... Ce cd ne peut que ravir les amateurs de poésie et les amoureux de la langue française.
 

Patrick Quercy - Le Journal de la Haute-Marne 

 

 

 


 

 

 

Chronique du CD
" LES DESSEINS DES PENSÉES "
Chansons personnelles

 

 

 

 

Marie d’Épizon est comme dentellière de la chanson, voix douce et fluide, presque aérienne, une douceur ventée de superbes mélodies et des textes délicatement brodés, ourlés. C’est séduction, rare enchantement où l’auditeur se love dans des mots soyeux dont les notes ingénieuses trouvent l’équivalent. Aux situations humaines elle mêle les éléments, les choses de la nature, en des chansons qui parfois font songer à des pastels :  " Y’a des pensées pinceaux qui viennent à dessein... "

 

Michel Kemper - Nos Enchanteurs

 

 
 
Des chansons écrites avec une plume trempée dans la littérature, des lignes mélodiques tracées au cordeau… Marie d’Épizon n’a plus qu’à prêter sa voix et ce n’est pas la moindre des réussites : gracile, facile, énonciatrice de sens poétique et noueuse de rêverie. Qu’elle chante La Lune, La Concierge, Les Don Quichotte, Le Marchand de Sable, La Starlette ou L’Insomniaque, elle badine en solo sur un tapis jazzy. Certes la facture est classique et l’écoute sollicitée : voici de la chanson d’auteur ! Marie d’Épizon polit l’art de la chanson comme la vague les galets sur la plage. À découvrir pour sa sérénité lumineuse.
 
Claude Frigara (Radio Clapas pour La Gazette de Montpellier) 
 
 
 

 


 

 

 

" DE CRISTAL ET DE FEU "
Spectacle Barbara

 

 

 

 

Marie D'Epizon et ses complices musiciens ont offert une inoubliable soirée, savant mélange de finesse, de délicatesse et de nostalgie. Au fil des textes, remarquablement et délicatement interprétés, Marie d'Epizon a mené l'auditoire sur les chemins de la vie de cette troublante grande dame de la chanson française. Magnifique et délicat moment de rencontre entre musique et poésie, la soirée restera dans les mémoires...

 

Patrick Garrigues - La Dépêche du Midi


 

 

Accompagnée à la contrebasse, à la guitare et à l'accordéon par Jean-Pierre Barreda, Thomas Fontvieille et Jo Labita, Marie d'Epizon a navigué entre émotion et spontanéité, n'hésitant pas à improviser, sans le moindre filet, sur des titres qui ne sont pourtant pas à son répertoire. C'était en somme une soirée empreinte d'une totale sincérité, d'une parfaite complicité entre une artiste et un public, comme on aimerait en vivre plus souvent.

 

L.G - Le Midi Libre

 

 

 

Tour à tour tendre, coquine, émouvante, théâtrale, elle a envoûté son public de sa voix qui monte, se cabre, susurre...


Annie Goutelle - L'est Républicain

 

 


Marie d'Épizon a captivé par des interprétations d'une touchante sobriété empreinte de beaucoup d'émotion. La sincérité et la grâce avec lesquelles elle sert et habite des textes bien choisis ainsi que la complicité palpable qu'elle entretient avec ses musiciens, forcent l'adhésion d'un auditoire sous le charme et redonnent au rôle de l'interprète ses lettres de noblesse.

Le Midi Libre

 

 

 


 

 

 

" EN SOUVENIR DE VOUS... "
 Brassens au féminin

 

 

 

Le spectacle proposé par Marie d’Epizon s’inscrit dans la ligne du charme et de la délicatesse propre au poète. De plus la voix élégante de Marie nous pousse à une écoute plus aiguë qu’à l’accoutumée de ces chansons que l’on a tant et tant entendues. Est-ce l’effet d’une voix féminine, et pas n’importe laquelle, sur des textes somme toute assez virils et parfois assez crus, le décalage entre une certaine ingénuité de l’interprétation et l’âpreté des thèmes abordés ? Mais la surprise laisse vite la place au ravissement tant Marie a pris possession de l’univers poétique de Brassens et nous y amène pour une balade délicate et sans concession, solidement soutenue par la  rythmique de la contrebasse de Jean-Pierre Barreda et l'ingéniosité de Thomas Fontvieille qui assure sur sa guitare toute la finesse de la musique du poète sétois. Magnifique prestation.

Scène et Galerie de la Chapelle

 


 

Que dire devant tant de talent ? Les qualificatifs manquent : émotion, délicatesse, charme, présence sur scène, diction et voix parfaites. La vingtaine de chansons de Brassens que Marie interpréta furent toutes saluées par des salves d'applaudissements nourris, notamment Le blason, qu'elle ne chanta pas mais qu'elle dit d'une telle façon, à la fois délicate et coquine, que les murs de la salle résonnèrent longtemps sous les clameurs enthousiastes. En rappel et en apothéose, Marie chanta Göttingen, de Barbara, devant la salle debout.

Pierre Schuller - A.D.S.A
 

 

 

Alors que quelques gouttes de pluie contrarient les projets de quelques promeneurs dans la citadelle de Vianne, elles ne perturbent en rien le bonheur des spectateurs venus écouter Marie d'Épizon.(...)  Un moment exceptionnel comme celui qui suivit avec le spectacle de Gilbert Laffaille.

Ch. C - La dépêche du Midi

 

 

 

 

 

Chronique du cd
" EN SOUVENIR DE VOUS... "

 

 

Marie d'Épizon soulève (entre autres) les manifestations qui célèbrent Georges Brassens. Pourtant, même avec le talent, interpréter le poète vénéré ne se trouve pas sous le sabot d'un petit cheval. Alors quand on croise une vocaliste qui transmet avec grâce, couleur, esprit, respect, personnalité, l'oeuvre du maître, on tombe en arrêt. Garantie supplémentaire de qualité et d'authenticité, l'ADSA, qui perpétue avec ferveur la flamme du Sétois, produit l'objet. Ne boudez pas Marie, rafraîchissante comme la fontaine de la chanson, auprès de laquelle vous irez souvent promener.

 

Bruno Pfeiffer . Libération.fr

 

 

 

Je ne me contenterai pas de recycler mes précédentes chroniques pour vous dire tout le bien que je pense du nouveau CD de Marie d'Épizon entièrement consacré à Brassens ! Les douze chansons constituent un ensemble remarquablement homogène : elles rendent toutes hommage à la femme, de La première fille à Saturne, via quelques figures emblématiques (Pénélope, Jeanne, Bécassine), avec en point d'orgue, une interprétation aussi inattendue que remarquable du Blason. La sobriété des accompagnements (guitares, contrebasse, bandonéon) habille parfaitement la voix de Marie envers laquelle je ne peux que revenir avec les mots-clés que sont : délicatesse et charme. Quant à l'objet, c'est aussi la grande classe, en particulier par le choix des illustrations : superbes tableaux de Roger Bonafé.  A vous, maintenant, de vous laisser séduire.
 

 Joseph Moalic pour la revue "Les amis de Georges"

 

 

 

 


 

 

 

Festival Bernard Dimey

 

 

Ils étaient nombreux , les passionnés de l'oeuvre de Dimey venus de Suisse, de Belgique, du Québec et même de Hollande ainsi que de la France du Nord et du Sud. L'ouverture sur la francophonie a permis de découvrir de jeunes auteurs-compositeurs-interprètes dans la filiation du poète puisqu'un premier Tremplin Dimey était organisé... Le prix du jury est allé à Marie d'Epizon.
 

Elisabeth Gagnon (Réalisatrice de la première chaine, Radio Canada, Montréal) - CHORUS

 

 

 

 


 

 

 " LA CHANTEUSE DE MINUIT "
Spectacle Barbara 

 

 

Elle transmet la poésie des mots, elle n’imite pas, elle évolue sur scène et dans l’univers de Barbara avec une aisance déconcertante d’élégance et de simplicité.

Nicole Debauche - Le Journal de la Haute-Marne

 

 

Il me faut vous dire un mot sur Marie d’Épizon. Retenez son nom… Interprétation sobre, toute de délicatesse, sans pathos. Marie chante. Nous sommes sous le charme.

Joseph Moalic - Les Amis de Georges

 

 

Barbara, c'était une lame, lisse, qui vous tenait à distance par l'intensité même de ce qui débordait de son cœur et qu'elle ravalait pour le sublimer. Ce respect qu'elle imposait à ses plus fervents admirateurs habite Marie qui restitue avec justesse cette subtile alchimie qui faisait d'une vie de malheurs une oeuvre tout à la fois violente et délicate…C'est ainsi que l'on entre dans l'intimité d'un être, sans familiarité. Merci pour elle !

Alain Pécoult - Agora Pièces

 

 

 

Marie d'Épizon ne se prend pas pour Barbara. Ni imitation servile, ni volonté farouche de se démarquer à tout prix, le spectacle revendique l'hommage libéré de toute la pesanteur du respect obligé. L'essentiel, est dans la visite d'un univers que l'on croyait connaître et que l'on entend différemment. Les textes et les musiques de Barbara sont assez riches, ils peuvent abriter toutes les interprétations venues droit du cœur. Celle-ci ne peut que plaire.

Jean Regad - Sud Théâtre

 

 

Le public...On dirait presque des proches venus écouter une amie chanter: Marie d'Épizon s'adresse à lui comme si elle le connaissait depuis toujours. Marie d'Épizon apporte sa touche personnelle, son énergie, sa propre émotion, sa simplicité aussi.

France Antilles - Guadeloupe

 

 

Chronique du CD
" Marie chante Barbara "
 
 
C'est le succès public d'un de ses spectacles, La Chanteuse de Minuit, où elle reprenait les toutes premières chansons de Barbara ( Le Mal de vivre, la Solitude, Pierre, Dis, quand reviendras-tu ? ...) qui a inspiré cet album. Marie restitue la quintessence des textes et mélodies de Barbara, sans l'imiter, mais avec sobriété et délicatesse. L'interprète y met tout son coeur et donne une âme à ces reprises. En osmose parfaite avec le piano de Jean-Sébastien Bressy, elle touche au plus juste. Après avoir remporté le prix spécial du jury au tremplin du festival Bernard-Dimey, en mai dernier, Marie d'Épizon annonce prochainement un album de chansons personnelles. Á suivre donc.
 
Stéphanie Thonnet - CHORUS 
 

 

 

 

 

Commentaires/livre d'or

 

 

Un duo superbe. Des textes magnifiques, une belle présence, de l'émotion... Merci !

 

Chris - 21 mai 2017 - 13:55


 

Inoubliable ! Je reviendrai...

J.T - 29 avril 2017 - 07:54


 

Prestation remarquable et beau moment d'émotion ! Merci.

N. - 20 mars 2017 - 09:41


 

Un grand merci pour ce beau récital. Vos chansons sont magnifiques.

J.M - 19 mars 2017 - 22:30


 

Merveilleuse et émouvante interpétation de vos dernières chansons.

Mireille - 13 mars 2017 - 09:20


 

Un pur moment de grâce, de bonheur, de poésie, de douceur. J'ai apprécié tout votre répertoire.
Découverte de vous et de vos musiciens. Un infini merci.

J. - 13 mars 2017 - 00:59


 

Quelle clarté ! Quelle limpidité ! Quelle interprétation ! Bravo et merci.

G - 13 mars 2017 - 00:59


 

Musique, émotion, engagement ! Bravo et merci au trio.

Janine - 12 mars 2017 - 10:35


 

Merci ! Vos textes sont magnifiques et votre interprétation parfaite.

M. D - 11 mars 2017 - 23:16


 

D'excellents textes et interprétations. Belle manifestation de l'âme. Merci pour cette soirée et pour la transmission des émotions ressenties.

J.P - 12 décembre 2016 - 16:01


 

Un moment d'exception !

Christian - 12 décembre 2016 - 11:26


 

Bravo pour cette émouvante prestation à Liège.

Philippe - 28 novembre 2016 - 00:11


 

Merci pour votre délicatesse et votre finesse.

C. - 27 novembre 2016 - 16:44


 

Spectacle magnifique ! Bravo et merci à vous et à vos musiciens.

Jean D. - 19 novembre 2016 - 14:06


 

Grand moment d'émotion. Interprétation excellente.

A. - 22 octobre 2016 - 08:54


 

Marie, ton CD Bleu Nuit m'accompagne depuis notre retour de Toulouse, il me berce, m'émeut, me murmure, m'enchante... c'est une merveille de poésie et de sensibilité. Un infini merci à toi , à Claude, à Thomas, Jean-Pierre et Jo .Une pensée aussi pour Jean-Michel Piton qui a écrit avec toi "J'en veux", chanson pour laquelle je suis tombée en amour fou dès la première écoute ... Bises.

 

Anne-Marie - 5 octobre 2016 - 17:59


 

Sans transition, joie subite !
Merci pour cette heure bleue bourrée d'énergie et de sensibilité.

 

Dominique - 2 octobre 2016 - 12:39


 

Une voix magnifique, présence scènique et très bonne interprétation. Merci. Bravo !

 

M. - 2 octobre 2016 - 11:37


 

Quelle générosité sur scène ! Bravo et merci.

Brigitte - 2 octobre 2016 - 10:31


 

Merci pour tant d'émotion et quelle harmonie avec vos musiciens. Moment magnifique.

 

Pascale - 24 septembre 2016 - 18:51


 

Au-delà d'une interprétation magistrale, une présence sur scène magique.

 

Chrystel - 10 avril 2016 - 18:15


 

Un délice cette soirée ! Merci beaucoup.

A - 20 mars 2016 - 12:36


 

Vraiment un grand bravo à tous les trois ! Un magnifique moment.

 

Annie - 20 mars 2016 - 10:00


 

Une femme de scène, d'émotions, une voix superbe, riche, un vocabulaire... Une grande artiste !

 

Katy - 19 mars 2016 - 15:25

Mentions légales - Contact webmestre - Copyright musicoscope - 2010-2017